L’intelligence artificielle (IA) : L’impacter sur l’assurance

L’industrie de l’assurance a longtemps été embourbée par des pratiques dépassées. Cependant, une mutation est inévitable ou l’intelligence artificielle est invitée à jouer un rôle central.

En tant que client, rentrer en contact avec une compagnie d’assurance, pour suivre un dossier, obtenir un devis, ou encore effectuer un avenant, est loin d’être une expérience plaisante et ce en dépit des efforts déployés par les assureurs pour perfectionner le service client. Simplement l’industrie de l’assurance est une sphère ou l’innovation tarde à être en harmonie avec les évolutions technologiques.

Le nombre croissant d’objets connectés n’a jamais été aussi important. A l’ère du “Big-Data” la combinaison d’une nouvelle vague de pensées et d’une technologie d’intelligence artificielle a le potentiel de changer complètement l’expérience client pour fournir un excellent service d’une manière qui résonne plus sensiblement avec la typologie des clients actuels.

L’intelligence artificielle dans le processus de traitement.

Depuis des années maintenant lorsqu’un assuré entreprend une démarche auprès de son assureur, celle-ci est traitée dans un circuit ou les nouveaux supports technologiques sont moins utilisés en dépit de leur essor. La touche humaine est toujours indispensable et requise. Si un responsable par exemple est très débordé, voir absent, certains traitements prendront plus de temps. Le risque pour la compagnie, c’est d’avoir un client frustré et donc un client de moins.

L’IA, permet d’en finir avec les processus dépassés et chronophages. Sans le moindre contact, si par exemple, un assuré change de zone de risque suite à un déménagement, le calcul de la nouvelle prime peut se faire automatiquement. Les “algorithmes” qu’embarque l’intelligence artificielle peuvent capturer facilement la nouvelle géolocalisation, vérifier les informations fournies par l’assuré, interpréter la nouvelle configuration du risque, en fonction du profil conducteur, et enfin soit finaliser le nouveau contrat ou le résilier sur la base des situations prévues par le codes des assurances.

En déployant ce mode de fonctionnement, les assureurs pourront optimiser considérablement les délais ainsi que la qualité de traitement de toutes sortes de demande client mais pas seulement puisqu’avec l’AI, les fausses déclarations qui représentaient des pertes importantes d’argent pour les assureurs, pourront significativement baisser.

L’IA viendra perturber sans doute une industrie ou le client a besoin de plus en plus d’interagir via des technologies plus moderne. La solution “assurance auto connectée” par exemple permet à l’assureur comme à l’assuré de réduire les dépenses assurantielles sur la base du comportement au volant et ce via un dispositif installé dans le véhicule qui scrute la conduite en temps réel. Plus développé, cet outil pourra mieux cerner le profil du conducteur et prévenir des sinistres. Les entreprises innovatrices et engagées dans cette voie vont sûrement nourrir davantage leurs ambitions.

Du E-profiling à la E-assurance !

L’assurance est un marché très concurrentiel, de ce fait une stratégie marketing vitale est requise constamment. En effet, L’AI peut extraire des données clients pour créer un profil complet d’un assuré qui peut être utilisé pour offrir uniquement des produits d’assurance pertinents et sur mesure.

Au lieu de dépenser du temps et de l’argent sur le processus de souscription, qui comprend généralement des questionnaires plus “formatée” et des statistiques plus globales pour enfin citer les primes. Les robots pourraient potentiellement scanner plus le profil social d’un assuré pour en extraire des données et des tendances afin d’en faire un modèle unique.

L’IA est capable de croiser, d’analyser et extrapoler les données plus rapidement que les humains pour prédire avec plus de précision le risque de chaque assuré, offrant ainsi aux clients la bonne formule d’assurance et aux entreprises plus de protection et plus de solvabilité avec moins de clients à risque. L’intelligence artificielle permettra de prodiguer des conseils à des profils d’assurés bien ciblés, répondre à leurs questions écrites ou orales et conclure des contrats d’assurance plus rapidement ou gérer un sinistre le cas échéant.

Par exemple, une personne ayant un mode de vie instable, ayant été résilié pour fausse déclaration et qui est sans emploi, peut être facilement assimilé à un conducteur à risque et donc moins sûr, ce qui pourrait augmenter les primes d’assurance et réduire les éventuels impayés. Ce croisement de donnée peut aussi faciliter l’assurance des conducteurs sans antécédents également.

l’intelligence artificielle dans la gestion des dommages en assurance

Le rapport du salon de l’assurance de 2017, souligne la place de l’intelligence artificielle dans la gestion des dommages en assurance habitation par exemple, ou à l’aide des drones, les dommages seront plus rapidement évalués et réparés donc de manière plus efficace. Ce même rapport comporte aussi un volet dédié à nouvelle directive européen relative au renforcement de la protection de données personnelles, à partir de 25 mai 2018, par les assureurs.

Les acteurs d’assurance savent très bien combien l’assurance est pilotée essentiellement par des données clients et des statistiques. Ces données associées à des robots devrait être un énorme facteur de croissance. Des compagnies françaises comme AXA  offrent déjà des réductions aux clients qui transmettent leurs données de conduite à l’entreprise. Cette même compagnie avait au début des années 90 anticipée la place qu’occuperai “internet” en mettant en place les changements qui s’imposaient.

Pour finir, une question demeure cependant en suspens, avec un avenir ou les voitures autonomes vont sans doute occuper une place importante : la responsabilité en cas de dommage incombera-elle aux “assurés” ou aux fabricants ?

 

Add a Comment